complément chiffres délinquance

Publié le par fcilprof

Théme : le délinquance : chiffre 2008 et évolution

En complément du cours de ce matin

A vendredi (concours blanc jeudi 9 heures pour le sociales...).

BPerron.

Moins de vols et un peu plus d'actes de violence en 2007

LEMONDE.FR | 18.11.08 | 17h26  •  Mis à jour le 18.11.08 | 17h40



Le rapport de l'Observatoire national de la délinquance (OND), rendu public mardi 18 novembre, présente un bilan contrasté de l'évolution de la criminalité en 2007. En partenariat avec l'Insee, l'observatoire a interrogé plus de 17 000 personnes sur les atteintes (vols, violences, injures, menaces...) qu'elles ont pu subir l'année dernière.

L'OND constate une diminution du nombre de vols. Ainsi 8,3 % des ménages français ont été victimes d'un vol ou d'une tentative de vol, contre 9 % en 2006, soit un recul supérieur à 200 000 vols ou tentatives. Cette baisse s'explique par la diminution des vols de voiture, qui sont le type de vol le plus fréquent. Les vols sur les personnes ont également globalement diminué, mais ceux avec violences et menaces restent stables (0,6 % des personnes interrogées).

Les actes de violence, non liés à un vol et hors du ménage, augmentent eux légèrement d'une année sur l'autre (1,6 % des personnes interrogées, contre 1,5 % l'année précédente). Cette estimation contredit les chiffres du ministère de l'intérieur publiés en janvier, qui pointaient une baisse de 0,21 % des violences aux personnes. En effet, les chiffres officiels ne prennent en compte que les actes signalés aux forces de l'ordre, alors que seul un tiers des vols ou des tentatives de vol subis et un cinquième des actes de violence font l'objet d'une plainte, selon l'OND.

LES JEUNES PREMIÈRES VICTIMES DE LA VIOLENCE

Le rapport montre également que les jeunes sont les premières victimes de violence physique, qui concernent 9 % des hommes et 7,6 % des femmes dans la tranche d'âge 18-25 ans. L'enquête mesure par ailleurs les violences conjugales, avec 2,1 % des femmes et 0,7 % des hommes qui déclarent avoir été victimes de tels actes depuis 2006.

Au-delà des chiffres, le rapport tente également de déterminer les facteurs sociaux de la violence. Ainsi, les violences conjugales ont touché 4,6 % des femmes dont le conjoint est au chômage, contre moins de 2 % des femmes en couple avec un homme qui occupe un emploi. A l'opposé, les hommes semblent d'autant plus victimes de violences de la part de leur conjointe qu'elle est diplômée. Les conjoints de femmes diplômées du supérieur sont ainsi trois fois plus nombreux à déclarer avoir subi un acte de violence conjugale que ceux en couple avec une personne sans aucun diplôme. De manière générale, l'OND montre que la violence touche plus les personnes habitant en zone urbaine sensible (ZUS), les chômeurs et les personnes séparées ou divorcées.

Soucieux d'éviter toute polémique autour des différences entre les chiffres du ministère de l'intérieur et ceux de son rapport, Alain Bauer, président du conseil d'orientation de l'observatoire, précise que les deux "dispositifs ne s'opposent pas" mais "se complètent". Quoi qu'il en soit, les différences de méthodologie empêchent toute comparaison globale.

 

Jean-Baptiste Chastand


Méthodologie

L'Observatoire national de la délinquance (OND) a interrogé plus de 17 000 personnes âgées de 14 ans et plus, sur les atteintes qu'elles ont subies au cours de l'année 2007, qu'elles aient porté plainte ou pas. Chaque sondé est interrogé sur les vols, tentatives de vol et les atteintes à la personne subies l'année précédente. Les résultats obtenus par cette enquête dite de "victimation" sont donc forcément différents de ceux du ministère, qui chiffrent les crimes et délits signalés aux services de police et de gendarmerie. Par ailleurs, les données ne sont pas globalement comparables, puisque les chiffres du ministère incluent certains délits non pris en compte par l'OND, comme les infractions financières, tandis que le rapport de l'OND recense de son côté des atteintes qui ne sont ni des délits ni des crimes comme la plupart des dégradations, qui ne sont pas prises en compte par les services du ministère.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article